J’ai planifié ma fin de semaine à l’Ultra-trail Harricana il y a déjà quelques semaines. Je n’avais pas prévu courir, mais juste passer le weekend avec mes amis, mes clients et la gang du CTNB. La journée avant la fin de inscriptions, j’ai décidé de tenter ma chance sur le 10km, parcours assez roulant avec seulement 200m de dénivelé positif (D+). Je m’étais dit que je verrais comment j’allais feeler sur place et que au pire, j’allais prendre une longue marche.

C’est un départ samedi matin pour La Malbaie, avec mon amie Jennifer. On s’en va cheerer pour son chum qui court le 80km!! On arrive là-bas après plusieurs fous rires (merci Alexandre pour ta non-compétence à préparer des cafés). C’est la troisième fois que je participe à l’UTHC, mais ma première comme spectatrice. L’ambiance sur place est géniale, les premiers coureurs du 65km terminaient lorsque nous sommes arrivées sur place. Jen et moi, on s’était inscrit pour l’ascension MEC, une montée de plus ou moins 2km qui représente l’ascension du Mont Grand-Fonds. En attendant JBB, on est partie monter notre petite montagne. 400m de D+ plus loin, on est arrivée au magnifique sommet. La mère en a encore un peu dans les pattes, mais les problèmes de pieds des derniers jours m’inquiètent…

Mercredi dernier, j’ai commencé à avoir mal en dessous des deux pieds et ma cheville gauche s’est mis à bloquer sans raison… Pas cool avant ma seule potentielle course officielle de l’année! Finalement, l’ascension s’est super bien déroulée, tout comme la descente, j’étais bien contente!!

Le reste de la journée se passe avec un peu plus de couches d’heure en heure, la température frisquette étant au rendez-vous. On a pu encourager les amis, Eric entre autre qui a terminé son 65km comme un chef, presque les deux doigts dans le nez! JBB aussi est arrivé, frais comme une rose, avec la magnifique Anne comme paceuse. Vous étiez beaux les amis!! On a aussi pu consoler les amis moins contents, qui n’ont pas pu passer l’arche d’arrivée… (Mel je t’aime <3). On accueille les gens comme ça jusqu’au soir, où je pensais pourvoir voir Yan arriver de son 125km!! Vers 9h15, j’ai pris la décision d’aller me coucher, parce que pauvre femme enceinte que je suis, j’ai les pattes/pieds fatigués et je veux être en forme pour courir le lendemain.

Le lendemain, c’est levé à 6h15 pour aller applaudir le départ de la gang du 28km et me préparer pour mon propre départ. Toujours un bonheur de voir l’excitation et les gens fébriles sur une ligne de départ malgré les -2 degrés au thermomètre. 8h, ils sont partis! Dans moins d’une heure et demi, ce sera mon tour!

4EzBIghUTxOzOULIOd+7hw

9h30 arrive vite, le temps de choisir comment on s’habille, se préparer, s’échauffer (allez cheville, fait moi pas suer) et se mettre en ligne. Je décide de partir à l’arrière du peloton. Je ne me donne pas d’objectif de temps (le cut off de 2h représente mon objectif!), ne sachant pas comme mon petit corps va réagir. C’est toujours un peu aléatoire. Parfois, mon fils décide qu’il n’a pas le goût, parfois oui. Mes pieds et ma cheville m’inquiètent aussi…

C’est parti! On s’élance (c’est dont ben loin du tapis, la fin du peloton…). Le chemin descendant m’aide à prendre un air d’aller pas pire. La cheville va bien, les pieds aussi. Je suis confiante je crois! On continue d’avancer (beaucoup plus vite que toutes les courses que j’ai fait récemment), ça descend un peu, ça monte un peu (je cours en montant… VICTOIRE!!). Ma respiration saccadée me rappelle bientôt que je vais devoir me calmer (parce que ça valone un peu plus vers le haut). Je me fais dépasser tout plein (ça c’est plate, mais bon…).

On embarque dans une section de single track, mais misère, je suis coincée derrière une filée de gens qui n’aiment clairement pas cette section autant que moi (maudit sois-tu souffle court en montées, c’est de TA faute!!). Je fais mon chiffre et tranquillement, les gens m’ont laissé passée. Je prenais drôlement mes aises, autant que j’étais essoufflée en partant, que maintenant, j’avais trouvé un rythme confortable (merci aux gens pas à l’aise en single track finalement!!)

Je pense que des ailes me sont sorties du dos à ce moment là. J’avais l’impression de voler. On a pris de la vitesse et de l’aisance, ça fait LONGTEMPS (lire ici plusieurs mois) que je ne m’étais pas sentie aussi vivante! Wow… le bonheur!! Mon fils et moi on volait (littéralement) dans le magnifique sentier roulant, entre les quelques roches/racines qu’il y avait.

On est sorti du bois pour faire place à un espèce de sentier de quatre roues en terre et gazon QUI DESCENDAIT MON AMI! J’ai regardé ma montre un moment donné en dépassant tout plein de gens… 4:30/km… Je me suis gentiment rangée derrière une autre fille pour arrêter de m’emballer!! Et fouille moi comment, on est arrivé à une section que je connaissais (pour avoir faire 2 fois le 65km). Besoin de rien au ravito, j’ai continué mon chemin (tout droit, bien sur). Le reste, ben ça descendait presque tout le long.

DES AILES cher! On était toujours en feu. Pas de bobo aux pieds, ma cheville était bien huilée, ma bedaine/mon fils me laissait avancer comme je voulais… Quel bonheur!! En jasant avec une cliente aujourd’hui, elle m’a dit: vous étiez en symbiose. C’était ça, bébé et moi, on était en symbiose. Il courait avec moi (c’est pas juste pour les autres je pense!!).   Il n’y a pas de catégorie pour ceux qui courent à 4 jambes, autrement, on serait arrivé premier je pense!!! Toute qu’une team… J’aime pas particulièrement être enceinte, mais à ce moment là, j’ai aimé ça… beaucoup!

On continue d’avancer en se disant de ralentir un peu, qu’on va beaucoup trop vite… J’ai dû me rappeler pourquoi je pompais l’huile comme ça (je lui ai demandé d’arrêter de me pousser dans le dos s’il voulait que je ralentisse!!). Les km s’écoulaient beaucoup trop vite (ma dernière course de 10km remonte à 2011………), ça n’a pas de bon sens de courir si peu longtemps!

Il y a des gens qui nous encouragent sur le dernier km du parcours. Les gens sont cool… « Hey! Elle court pour deux elle!! Lâchez pas!! » Pas de jugements, juste des gens de bonne humeur! Le bruit s’intensifie, et tranquillement, il reste quelques mètres (littéralement), la foule, des visages connus qui m’attendaient… J’ai même pas pensé pleurer (chose assez rare pour moi ces temps-ci), j’étais euphorique! Tellement heureuse et fière de ce que je venais de faire… De ce QU’ON venait d’accomplir ensemble, mon fils et moi… (j’ai les larmes aux yeux en écrivant… j’espère que toi aussi cher lecteur :P). 1h12 finalement (si ça t’intéresse)… 124/279 overall, 53/165 femmes, encore en état de marche la petite mère finalement!

IMG_2598

La fin de semaine s’est terminée avec l’accueil de ma gang du CTNB et de mes athlètes, le podium de Chloé, une atmosphère de trail magnifique et presque 65 000$ remis à la Société Canadienne de la sclérose en plaques. UTHC, on se voit définitivement l’an prochain avec le baleineau dans mes bras cette fois-ci ❤

Faike c’est ça! Du bonheur, mon petit bonheur! Je suis tellement choyée de pouvoir ENCORE, à 29 semaines de baleine, profiter de ces moments là… Wow! Si la vie le veut bien, on aura peut-être encore la chance revivre ça, au 5km du Trail du Grand Duc à Lac Delage le 20 octobre prochain (35 semaines de baleine), encore une fois, avec ma famille et ma gang du CTNB. À suivre!!

 

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s